Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les potins de Ionard

Les potins de Ionard

Mon village natal, Gourdon-Murat, terre de landes , de bois et de bruyères en Corrèze. La ferme de la Grande Ourse et son jardin. L'histoire de mes ancêtres : de Napoléon -guerre de 14-18 - guerre d'Espagne - Résistance. La cuisine que j'aime. Mes pinceaux. Balade en moto.


Lo chant de la Terra

Publié par Ionard sur 17 Décembre 2014, 10:04am

Catégories : #Femme d'exception

Nous avions beaucoup d'inquiétude, j'en parlais ici

Pour toi Irène qui nous a quittés hier , matin de décembre si triste tellement triste ....comme nous tous...

Ce poème de Marcelle Delpastre


Lo chant de la terra


Zo vos dise, perfum, passarai tala 'na ombra.
E pus redde qu’un fum passarai tras lo riu.

L'arcana dins lo ciau durara mai que ieu.
E n'ai pas tant de temps coma l'aur de la ròsa.

Zo te dise, mar prionda, e sorda a mos prepaus,
Zo te dise, me'n vau – a penas si 'riebe.

Un rire de luna sus la cresta d'una onda,
E l'ai pas vist 'chabar. Un rai dins 'na gota d'aiga.

Ai l'atge, o es pertant ai l'atge de l'estiala.
E la solelh m'a coat dempuei lo primier jorn.

E la terra m'a portat, e me laschara pas,
Que lo fuec li cremava lo ventre.

E l'aiga m'a menat davant que fugués l'aiga
e que lo vent fugués lo vent. En la negror dau temps
ieu germenave. Que sui faugiera, aubre mai blat.
Que sui la peira e sa poussiere, e l'arma que lai duerm.

Que sui lo rire, la raior, la dança, e lo sang de l'eternitat.

**********
Je vous le dis, parfum, je passerai telle une ombre.
Plus vite qu’un brouillard je passerai près du ruisseau.

L'arc-en-ciel dans le ciel durera plus que moi.
Et je n'ai pas autant de temps que l'or des roses.

Je te le dis, mer profonde et sourde à mes propos,
je te le dis, je pars – à peine si j'arrive.

Un rire de lune sur la crête d'une vague,
Je n'en vois pas la fin. Un rayon dans la goutte d’eau.

J'ai l'âge, oui pourtant j'ai l'âge de l’étoile,
le soleil m'a couvé depuis le premier jour.

La terre m'a porté, elle ne me lâchera pas,
que le feu ne lui brûle le ventre.

L'eau m'a mené avant que d'être l'eau,
que le vent fût le vent. Dans la noirceur du temps
je germais. Je suis fougère, arbre et blé.
Je suis la pierre et sa poussière, l'âme qui dort dedans.

Je suis le rire, la lumière, la danse, et le sang de l'éternité.

Marcelle Delpastre, extrait de Paraulas per questa terra
(édicions dau chamin de Sent-Jaume)

Lo chant de la Terra
Lo chant de la Terra

Commenter cet article

Alrisha/Monique 23/12/2014 18:44

Voilà qui permet à Irène de partir en paix dans cette région qu'elle a tant aimée. Un joli poème qui lui rend bien hommage et sûrement très touchant pour tous ceux et celles qui l'ont connue.
Qu'elle repose en paix !

Passe toutefois, de bonnes fêtes de fin d'année ! Gros bisous Dany !

carole 22/12/2014 22:19

Il y a tant de souvenirs j'imagine dans la mémoire de chacune et de chacun , tant de douceur et de force à la fois dans les yeux de cette femme qui part avec des petits bouts de vous.

danielle 19/12/2014 18:22

une poésie qui chante pour votre amie... j'aurais tant aimé avoir eu l'occitan comme langue "maternelle"...

dgi:0040:dgi:0050: 18/12/2014 18:46

Il y a des dates ou la mort est encore plus dure à accepter, mais malheureusement on y peut rien
il est beau ce texte
bisou

marine D: 18/12/2014 12:46

Quel magnifique poème, merci pour la traduction, c'est sans doute quelqu'un proche de toi, tu lui offre un bel hommage
Bisous
Marine

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents