Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les potins de Ionard

Les potins de Ionard

Mon village natal, Gourdon-Murat, terre de landes , de bois et de bruyères en Corrèze. La ferme de la Grande Ourse et son jardin. L'histoire de mes ancêtres : de Napoléon -guerre de 14-18 - guerre d'Espagne - Résistance. La cuisine que j'aime. Mes pinceaux. Balade en moto.


Lettre ouverte à Elise Lucet -Jean-Michel Auxiètre

Publié par Ionard sur 10 Septembre 2015, 23:33pm

Catégories : #Echos de Liberté

Lettre ouverte à Elise Lucet -Jean-Michel Auxiètre

J'ai regardé l' émission Cash Investigation d'Elise Lucet et ce matin j'ai lu dans mon journal l'Echo cette lettre que je partage avec vous. Elle reflète totalement mon sentiment .

Lettre ouverte à Elise Lucet, journaliste à France 2 - Jean-Michel Auxiètre

Bonjour Elise – Tout d’abord pardonnez-moi de vous appeler par votre prénom. Si je me permets cette familiarité, c’est que j’approuve sans réserve l’action que vous menez dans vos émissions Cash investigation. Dénoncer comme vous le faites les malversations, les magouilles et la corruption qui gangrènent la classe politique et le monde des affaires, exige un courage dont chaque citoyen devrait vous être reconnaissant. Pour ma part, je tiens à vous présenter mes plus vives félicitations et à vous assurer de tout mon soutien. J’ai signé votre pétition Ne laissons pas les entreprises dicter l’info, et ai adressé un texte de protestation aux quatre députés européens qui ont voté en faveur de la directive Secret des Affaires remettant en cause le droit d’informer et d’être informé – désagréablement surpris de constater que, parmi eux, se trouve votre ex-compagnon Jean-Marie Cavada.
Un autre fait qui m’engage à vous écrire aujourd’hui est l’agression verbale dont vous avez été l’objet le 04 septembre dernier au Parlement Européen de Strasbourg. Que Rachida Dati se soit permise de vous insulter avec autant de mépris me choque profondément. Je vois dans son attitude non seulement de l’incorrection et de la bassesse, mais une impuissance à se justifier qui, loin d’écarter les soupçons qui se sont portés sur elle dans une affaire opaque de conflit d’intérêt, ne fait que les renforcer. Peut-être est-ce à elle que j’aurais dû écrire cette lettre pour clamer mon indignation. Mais je préfère l’ignorer et vous redire l’estime que je porte à votre combat, votre professionnalisme et votre détermination.
J’avoue avoir beaucoup appris en regardant Cash Investigation. A l’heure où le diktat de l’argent corrompt le corps social et appauvrit les peuples, il devient urgent de mettre au grand jour la nuisance des milieux d’affaires, des banques et des multinationales qui n’ont pour but que le profit sans cesse accru de quelques privilégiés. Les médias ont, en ce sens, un rôle très important à jouer, et vous vous en acquittez à merveille. Vous fournissez au citoyen l’information objective et précise visant à dévoiler et à dénoncer des errements auxquels se livrent, à ses dépens, les magnats de la haute finance. La transparence (mot illusoire ?) ne surviendra, si elle doit survenir, que sous la pression ferme des masses populaires, libérées du mutisme, du fatalisme et de l’obscurantisme où elles se trouvent enfermées. Il y a trop d’inertie et trop de complicités de la part des hommes politiques, eux-mêmes souvent impliqués dans ces confréries maffieuses, pour que l’on puisse, venant d’eux, attendre une quelconque amélioration du système. Aussi l’intervention de journalistes intègres (hélas encore trop peu nombreux) est-elle essentielle et déterminante, si l’on veut que soit effective la prise de conscience conduisant à une volonté de changement en profondeur.
Je ne saurais donc trop vous remercier pour les précieuses révélations que vous nous livrez sur les milliards que des patrons et des banquiers indélicats ont arraché à la France et qui, aujourd’hui, font cruellement défaut dans les caisses d’un Etat exsangue. Présentée sans langue de bois et avec objectivité, vos enquêtes peuvent être assimilées à un travail pédagogique pour public non averti, avec le souci d’éclairer un raisonnement que des informations inexactes (ou inexistantes) ont complètement anesthésié. En affirmant votre résolution de « mettre les pieds dans le plat », vous nous incitez à réagir aussi, tout en nous fournissant les armes nécessaires. Si, après de telles démonstrations, certains ignorent encore qu’ils sont grugés et pris pour des imbéciles par les pouvoirs conjoints de la politique et de la finance, c’est à désespérer de tout.
Pour illustrer cette leçon à l’usage du tout-venant, les exemples ne manquent pas. Sans vous, saurions-nous que, par le biais de l’évasion fiscale, plus de 60 milliards d’euros, soit quatre fois le trou de la Sécu, s’échappent de notre pays ? Redevable à lui seul d’une « dette astronomique » (Arnaud Montebourg dixit) estimée à un milliard d’euros, l’industriel indien Mittal n’ose pas moins, avec mépris, opposer une fin de non recevoir à votre équipe venue lui demander quelques explications. Quand, dans un grand restaurant parisien proche de l’Assemblée Nationale, vous interrogez des parlementaires bénéficiant des largesses du maillon français de la firme British American Tobacco (dont chacun sait qu’elle fraude allègrement le fisc) sur leur ressenti face à ce problème, vous provoquez un profond malaise. (...). D’autres se font intimidants (tout comme Rachida Dati !), afin de désamorcer vos questions qui les gênent. (...) . Au fil des séquences fournies à l’appui de ce sujet brûlant (dont celles portant sur le groupe Amazon qui perçoit des subventions de l’Etat… tout en lui devant de l’argent !), un message important nous est destiné, clair et sans équivoque. A nous, citoyens, de l’entendre et d’œuvrer en conséquence, afin que votre appel ne soit pas vain.
Le 27 avril 2012, en lançant Cash Investigation, vous déclariez que l’objectif de ce magazine est de révéler au téléspectateur la face cachée du monde des affaires et du système en général : « Je veux montrer comment ces professionnels de la relation avec la presse et le public cherchent à nous piéger, journalistes et citoyens… Je veux montrer aussi le portrait d’une personne ayant réussi, par sa force de conviction et son obstination, à faire plier un de ces grands groupes. On les appelle, aux Etats-Unis, les lanceurs d’alerte. » Lanceur d’alerte ! Une appellation prestigieuse qui, en France, vous revient de droit. Un jour, vous les ferez plier, Elise, et toutes les Rachida Dati du monde n’y pourront rien !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cricri 12/09/2015 10:44

Abonnée à l'Echo du centre, bien sûr que j'ai lu cet article et je le soutiens.

Cette émission à succès a été programmée un certain temps en prime time. C'était sans doute trop gênant pour tous ces" braves gens" qui ont des amis si bien placés... Auront-ils l'audace de supprimer cette émission ?
Bises Dany. Je n'ai pas encore le cœur à revenir bloguer mais je ne pouvais laisser passer cela sans donner mon opinion.

Quichottine 11/09/2015 10:07

J'admire aussi son courage.
Merci à toi pour ce relai.
Bravo à L'auteur de cette lettre de soutien.
Enfin quelqu'un qui s'élève contre ce que d'autres veulent cacher.
Bises et douce journée.

DD 11/09/2015 09:41

je n'ai pas suivi, je ne regarde jamais la 2 .....
et moi il me faut les deux versions !
donc voilà la réponse de Rachida Dati !
http://www.ozap.com/actu/-cash-investigation-rachidat-dati-denonce-les-methodes-scandaleuses-d-elise-lucet/476800
Vive les réseaux sociaux ...... qui font bien monter la mayonnaise !!!!
Bises Dany

Jean Millet 11/09/2015 07:14

Bonjour,
Très belle lettre, bravo
Mon soutien à Élise Lucet pour son courage et sa pugnacité.
Pour mémoire :
http://www.francetvinfo.fr/france/video-cash-investigation-rachida-dati-se-dit-victime-d-un-choc-emotionnel_1074925.html

Martine85 11/09/2015 07:02

J'ai regardé le dernier cash investigation. Même si je n'aime pas Elise Lucet en tant que présentatrice de journal télévisé, j'admire son courage et celui des journalistes de son équipe (il en faut) en tant que journaliste d'investigation. Quand on pense que Madame DATI dont l'attitude face à Elise est choquante et méprisable a été ministre de notre République, elle n'en est pas digne. Bravo à ce journaliste pour sa lettre ouverte que j'approuve totalement

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents