Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les potins de Ionard

Les potins de Ionard

Mon village natal, Gourdon-Murat, terre de landes , de bois et de bruyères en Corrèze. La ferme de la Grande Ourse et son jardin. L'histoire de mes ancêtres : de Napoléon -guerre de 14-18 - guerre d'Espagne - Résistance. La cuisine que j'aime. Mes pinceaux. Balade en moto.


" No pasaran "

Publié par Ionard sur 26 Avril 2017, 23:12pm

Catégories : #Résistance

Deux mots percutants dont s'emparent les internautes appelant à faire barrage à Marine Le Pen le 7 mai

Deux mots percutants dont s'emparent les internautes appelant à faire barrage à Marine Le Pen le 7 mai

Article lu dans l'Humanité du 26 avril 2017

"Le coprésident de la Fondation Copernic,Pierre Khalfa, fournit une explication au désarroi des électeurs de gauche face à la perspective du second tour. Il donne à voir le danger que serait le FN au pouvoir après le 7 mai.


Tout d’abord, que révèle selon vous le décalage, en termes de mobilisation contre le Front national, entre le soir du premier tour de 2002 et celui de 2017 ?
Pierre Khalfa : Nous sommes dans une situation radicalement différente. Le fait que Marine Le Pen soit au second tour est annoncé depuis des mois, et est donc tout sauf une surprise. Ensuite, nous pouvons dire qu’elle a réussi son pari, d’une part en étant au second tour, de l’autre en réussissant son processus de dédiabolisation. Un processus évidemment complètement superficiel qui ne touche pas aux racines du projet politique de ce parti. Il n’empêche que, pour une partie des citoyens, le FN est devenu un parti comme les autres. Il existe une troisième explication, plus inquiétante pour ce second tour : une partie des électeurs de gauche qui ont voté pour Jacques Chirac en 2002 ont eu l’impression de s’être fait avoir et, visiblement, penchent cette fois-ci pour l’abstention. Ils renvoient dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron. La combinaison de ces trois éléments pourrait expliquer cette absence de mobilisation.


Que répondez-vous face à ce troisième élément ?

Pierre Khalfa : La politique que propose Emmanuel Macron va aggraver considérablement la situation, résultat des cinq ans du quinquennat Hollande, et même des décennies précédentes. Ce qui rend compliqué l’appel à voter pour le candidat d’En marche ! alors même qu’il est indispensable de faire barrage à Le Pen. Il faut expliquer sans relâche que le FN est un danger pour les libertés démocratiques. Il n’y a aucun exemple historique où l’extrême droite est arrivée au pouvoir par les urnes et en est sortie dans une alternance tranquille quelques années après. Pour moi, c’est l’élément essentiel, au-delà même des questions de xénophobie, puisque les discours d’une partie de la droite rejoignent aujourd’hui ceux de Marine Le Pen dans une porosité des électorats et d’idéologie. La droite, même extrême, est différente d’une extrême droite sur le plan du respect a minima de l’État de droit. Dans le cas d’Emmanuel Macron, on peut penser qu’il y aura des élections cinq ans après dans des conditions à peu près normales. Ce qui n’est absolument pas sûr avec Marine Le Pen, surtout au vu des pouvoirs considérables qui sont donnés aux présidents de la Ve République. Rien qu’avec l’article 16 de la Constitution, elle peut faire n’importe quoi. C’est cet argument qu’il faut avancer à tous ceux qui hésitent à voter au second tour. On est au-delà, aujourd’hui, du fait d’aller voter pour un ultralibéral.


Comment lutter efficacement, sur le long terme, contre le FN ?

Pierre Khalfa: L’électorat du FN est complètement hétérogène. D’un certain point de vue, c’est ce qui fait sa force. Il agglomère des demandes sociales hétérogènes, avec la recherche d’un bouc émissaire, responsable de leurs malheurs, comme ciment. C’est pour cela que la seule manière réelle de lutter contre le FN est de montrer qu’il existe une alternative et une autre politique possible, loin de la simple reproduction de la même politique, quinquennat après quinquennat. Montrer qu’il vaut mieux vivre dans une société égalitaire et juste que dans une société de concurrence de tous contre tous. C’est ce qu’a opéré Jean-Luc Mélenchon, en se projetant dans la société future. Cela a en partie fait son succès, notamment dans les quartiers populaires. En ce sens, il existe un début de reconquête de ces quartiers par un vote de gauche, à qui il a redonné une fierté."
Audrey Loussouarn

Commenter cet article

Robert Lechêne 08/05/2017 20:41

J'ajoute, chère Denise, puisqu'il semble que ce soit un argument : Macron est devenu pour la France son chef, son guide, en italien son duce, son fuhrer en allemand, par le suffrage universel. Une sérieuse garantie de démocratie. Qu'on ne m'objecte pas qu'Hitler est venu au pouvoir démocratiquement par le suffrage universel en 1933. Il est vrai qu'il avait réprimé les communistes, mais leur nombre en France aujourd'hui dispense de cette formalité.

Robert Lechêne 06/05/2017 13:24

Bon, c'est comme si c'était fait, demain le danger lepéniste sera non seulement écarté mais pratiquement annihilé. Nous serons macronisés. Totalement. Macron sera chef de l'état. Suivrons des élections législatives où les candidats macronistes (pas du tout opportunistes, naturellement) obtiendront quelque chose comme la majorité. Simple précaution parlementaire, Macron ayant annoncé son intention de gouverner par ordonnances sur les questions du travail. Donc, pour nous avoir évité Marine, merci Macron.

Robert Lechêne 03/05/2017 16:37

Ma réponse à Denise est parue sous l'autre article, "la bête est revenue". Est-il possible de la publier plus logiquement ici ? Merci

Robert Lechêne 04/05/2017 12:31

Vous aurez compris, chère Dany, mes raisons d'être lecteur et commentateur de votre site. Ces raisons ont leur origine il y a 70 ans. Vous me demandez de ne pas en faire état à la demande de l'intéressée, j'obéis. A regret, car cela me faisait du bien d'évoquer ce temps-là. Du bien et aussi de la tristesse en me rappelant le congé qui me fut signifié à la porte du 48bis rue Pajol. Mais la vie est un long fleuve au cours sinueux. J'ai trouvé beaucoup de bonheur dans la suite de mes navigations riches en expériences, sauf peut-être sur le plan affectif. Soixante-trois années de fidélité conjugale, laquelle n'a pas effacé le souvenir de mes rêves, pardon, de mon rêve de jeunesse. Avec amitié, et mon bonjour à l'intéressée.

Ionard 03/05/2017 17:57

Voilà c'est fait!
Un salut très fraternel! Une grande fierté que de vous avoir comme lecteur et commentateur! J'apprécie vraiment!
Dany Clemenceau-Magnaval

Robert Lechêne 03/05/2017 17:53

J'ai 90 ans et j'en ai marre. Marre d'essayer de faire comprendre le rôle des Le Pen dans la vie politique française, le rôle de repoussoir. Très pratique quand le choix est une alternative. A moi qui ai 90 ans on a déjà fait le coup à la présidentielle de 2002 quand l'alternative était entre Chirac et le papa de Marine, Jean-Marie Le Pen. Le repoussoir a joué, j'ai voté Chirac. Mais, à moins que je ne me trompe, Chirac demandait le pouvoir, pas les pleins pouvoirs. Macron l'a annoncé, pour ce qui concerne le travail, il gouvernera par ordonnances. C'est-à-dire sans que les salariés aient leur mot à dire face aux patrons, les amis de classe du fondé de pouvoirs de la banque Rotschild. Comment me demander de choisir entre la peste et le choléra ? Ne pouvant choisir, je m'abstiens, et je crois mon abstention pas seulement respectable mais logique. Fraternellement

Quichottine 01/05/2017 15:28

Je sais que je ne voterai pas pour le FN... mais je n'ai pas encore décidé de voter pour quelqu'un en qui je n'ai aucune confiance. :(
Dur choix.

Robert Lechêne 30/04/2017 10:11

J'aurai au moins appris que la censure existe à Gourdon-Murat avec la disparition de ma réponse à Denise. Merci

Robert Lechêne 01/05/2017 12:29

A mon âge, 90 ans (on ne dit pas celui des dames), je crois qu'il y a prescription pour le silence à garder sur des faits datant d'il y a 70 ans. Mais tu as raison, chère Dany dont j'apprécie le blog pour des raisons que tu devines.

Ionard 30/04/2017 21:37

Cher Robert
Non la censure n'existe pas sur mon blog!
Le commentaire a été masqué à la demande de l'intérressée. Simplement pour protéger sa vie privée! Mon blog est beaucoup lu sur notre commune! Par conséqent certains mots peuvent être envoyés en privé et non sur ce type de commentaires!
Salut et fraternité!

Robert Lechêne 30/04/2017 16:25

Une de mes réponses a été rétablie. Mais je croyais avoir fait à Denise une réponse concernant mon abstention, peut-être un oubli de ma part. Mon abstention risquerait-elle de faire élire Marine le Pen ? Quelle idée ! Mon abstention sera bien peu en comparaison du raz-de-marée macronien qui s'annonce. Je me sentirais mal de joindre à contre-coeur mon vote à ce raz-de-marée pour le fondé de pouvoir de la banque Rotschild La valeur politique de l'abstention, je l'ai apprise de quelqu'un qui la connaissait, Jacques Duclos, avec son expression pour désigner les candidats du deuxième tour du scrutin où il était arrivé en troisième position : BONNET BLANC ET BLANC BONNET. Fraternellement.

Robert Lechêne 30/04/2017 11:54

Ma réponse à Denise du 27 avril a été rétablie. Je vous en remercie

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents