Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les potins de Ionard

Les potins de Ionard

Mon village natal, Gourdon-Murat, terre de landes , de bois et de bruyères en Corrèze. La ferme de la Grande Ourse et son jardin. L'histoire de mes ancêtres : de Napoléon -guerre de 14-18 - guerre d'Espagne - Résistance. La cuisine que j'aime. Mes pinceaux. Balade en moto.


L'adieu à Jean Madranges

Publié par Ionard sur 21 Novembre 2011, 00:00am

Catégories : #Résistance

par Denise Brédimus correspondante de l'Echo

23- Jean Madranges

 


UN HOMME VERITABLE S'EN EST ALLE.

Venue de tout le canton et bien au-delà, une foule émue était rassemblée le 14 novembre dernier devant la mairie de Pradines autour du cercueil de Jean MADRANGES, ancien maire de la commune, qui s'est éteint le 11 novembre, dans sa 86ème année.

Etaient présents Christian Audouin, conseiller régional Limousin Terre de gauche, Dominique Grador maire adjointe de Tulle, Christophe Petit, conseiller général, les élus de sept communes, Pascal Bagnarol, secrétaire départemental  avec une forte délégation du PCF  de la Corrèze, Pierre Lagnitre, secrétaire PCF de Pradines-Bugeat, Raymond Vergne et  Bernard Bouche pour l' ANACR du canton de Bugeat,  Claude Brette de la FNACA et Danielle Houille, présidente des Aînés du Pays vert.

P1000307-1

Symboliquement les drapeaux mêlés rouge et tricolore, ouvrent le cortège jusqu'à la mairie où André Laurent, maire de Pradines lira l'acte de décès.

Né et élevé à St-Denis jusqu'à l'âge de 7 ans, Jean viendra chez sa grand-mère en 1932 à Pradines, où son père était facteur dans les années 1940-1950. Placé comme domestique, il rencontrera la dureté du travail de la terre. Engagé dans la Résistance, il sera démobilisé en décembre 1945. Ouvrier métallurgiste en région parisienne, il sera de toutes les luttes sociales, prendra part aux actions contre les guerres coloniales, pour la libération des peuples, lui qui s'était engagé pour libérer le pays de l'envahisseur  allemand. Il fondera une famille : épousera Paulette en 1956 et en 1964 naîtra Didier, fruit de cette union. Une fois à la retraite, ce communiste et syndicaliste militant trouvera toute sa place aux côtés des élus communistes de Corrèze. Pendant 18 ans, il fut conseiller municipal de Pradines, élu en 1983, renouvelé en 1989 sous la mandature d'Albert Laurent, puis élu maire en 1995, charge qu'il assurera pendant six ans... Au cours de son mandat, il montera des projets : Pradines dispose maintenant d'une mairie accueillante, où les habitants se retrouvent à l'occasion des manifestations et expositions. Parallèlement, il veille à la construction d'un logement pour accueillir un jeune couple. Avec ses collègues J.Joffre et J.F. Ensergueix, il crée le Syndicat de la Petite Corrèze qui dessert nos trois communes. Il participe à la mise sur pied du Parc Naturel Régional de Millevaches." (Extraits de l'hommage rendu par André  Laurent, maire de Pradines). 

"Puisse la nombreuse assistance présente au pied de ton cercueil, être un réconfort pour ta chère Paulette, ton fils Didier et Nathalie son épouse, ta petite fille Anaïs et toute la famille."

Pascal Bagnarol a ensuite évoqué les convictions politiques et syndicales de Jean donnant son adhésion au PCF en 1943. Après son engagement pour la durée de la guerre, il milite à Saint-Denis. 68 ans d'engagement tant dans les entreprises où il a travaillé que dans la cité où il a vécu, de la région parisienne jusqu'à Pradines. Dès son retour en Corrèze, il a été membre de la direction départementale jusqu'en 2006. Son implication dans la réussite de la fête de Pradines  jusqu'à l'année dernière et, même malade par sa présence à la fête de l'Humanité. 

Il nous a quittés en ce jour  du 11 novembre, date de la commémoration de la plus meurtrière des guerres où son grand-père a été tué." Nous nous souviendrons de ton oeil malicieux et de ta force tranquille. Merci Jean pour ce que tu as été et pour ce que tu as fait au service du collectif et non de l'intérêt particulier. Repose dans ton jardin de Pradines , au milieu des tiens. "

Bernard Bouche au nom de l'ANACR, a rappelé que lors d'une exposition de la résistance dans le canton de Bugeat, une petite fille avait écrit sur le livre d'or:" J"ai beaucoup aimé la photo de Jean Madranges, mon pépé."  Oui il était beau ce jeune homme de 19 ans qui venait de signer un engagement volontaire au 126ème RI de Brive  pour la durée de la guerre en Europe.

Auparavant Jean avait rejoint la résistance FTP pour aider aux liaisons, aux parachutages d'armes, à la distribution de tracts. Il se retrouvera sur les bords du Rhin, puis en février 1945 ce sera la traversée du fleuve en canot pour rejoindre la première armée de De Lattre de Tassigny    avec laquelle il continue sa progression à l'intérieur de l'Allemagne, contre ceux qui étaient venus occuper son village de Pradines, ceux qui avaient chassé du maquis d'Entre-Rioux les réfugiés espagnols. Et ce sera ce 7 avril 1945 où son groupe est fauché par un obus, plusieurs blessés dont Jean aux mains et au bras. Il sera cité à l'ordre du régiment et recevra la croix de guerre ainsi que la croix du combattant volontaire 39-45 . Exceptionnellement, Jean les épinglera sur sa poitrine le 27 mars 2010 comme d'autres résistants pour la présentation de leur livre de  témoignages.

Jean était le vice président très actif du comité ANACR de Bugeat pour transmettre cette page d'Histoire aux plus jeunes.      

Le 27 mai 2010, lors de la journée de la Résistance, Jean déplorait l'hostilité des pouvoirs publics et insistait  sur la nécessité de transmettre les valeurs du programme du Conseil National de la Résistance . Il terminait sur un sujet ô combien d'actualité depuis ce 11 novembre où il nous a quittés:" C'est cette volonté de transmettre cette mémoire qui a fondé notre opposition à toute idée de journée unique du souvenir, qui aurait pour conséquence d'escamoter le spécificité anti fasciste du combat que menèrent les résistants."  

Tu le sais, Jean, l'ANACR continuera à porter ce message, parce que nous savons qu'avec la haine, la désespérance et la misère, " le vol noir des corbeaux sur nos plaines" peut resurgir en France , en Europe!   

P1000312-1

Le site où tu reposes  se prêtait infiniment aux deux chants qui t'ont accompagné, avec la complicité de Jean Ferrat:"Pourtant que la montagne est belle..." et 'Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place...." du chant des Partisans.                                                                        

Commenter cet article

Quichottine 21/11/2011 12:13


Merci pour cet émouvant partage, Dany...

jean-pierre 21/11/2011 11:16


bonjour Dany . un bel hommage rendu a cette homme qui a servi son pays et son village toute sa vie . bonne journée et gros bisous 

patriarch 21/11/2011 10:14


Un homme comme je les aime.... qui savent rester ce qu'ils sont toute leur vie...


 


Mes hommages à ce metallo..... Bises à toi.


 


PS: j'aime voir le drapeau rouge .... il sera toujours là....

sophie 21/11/2011 10:00


Un touchant hommage à cet homme valeureux Dany.


Bisous.

Linda & Picasso ::0079::0071:: 21/11/2011 09:42


un bel hommage ..


 bisous et bon lundi



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents