Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les potins de Ionard

Les potins de Ionard

Mon village natal, Gourdon-Murat, terre de landes , de bois et de bruyères en Corrèze. La ferme de la Grande Ourse et son jardin. L'histoire de mes ancêtres : de Napoléon -guerre de 14-18 - guerre d'Espagne - Résistance. La cuisine que j'aime. Mes pinceaux. Balade en moto.


Le kibboutz Machar synonyme d'espoir

Publié par Ionard sur 26 Juin 2013, 09:09am

Catégories : #Echos de Liberté

Comme vous le savez, j'aime bien partager avec mes lecteurs des articles de mon journal l'Echo que j'ai bien aimés.
Le nom du village Jugeals-Nazareth, que j'avais visité du temps de mes études à Brive, m'avait toujours intrigué par ce nom si particulier ... Nazareth.J'ai trouvé cette explication à ce nom:
 
"Nazareth , tient son nom"Nazareth" du temps des Croisades, lorsque le vicomte de Turenne, à son retour, décida de donner le nom de Nazareth à ce village, apparemment pour bénir et aider les nombreux lépreux qui vivaient dans une léproserie présente à l'époque. Elle a selon certains les plans du Nazareth de Palestine. 
Jugeals-Nazareth est issu du rassemblement de la commune de Jugeals et du lieu dit Nazareth par une loi du
16 février 1927 inscrit dans une plaque de marbre.
Jugeals était une paroisse ancienne devenue commune après la révolution. Nazareth resta lieu dit de la
commune de Turenne. Cette proximité amena ses habitants à demander leur rattachement à Jugeals pour plus de commodité. 
Des jeunes gens juifs y ont vécu en communauté de 1933 à 1935."
  
Et ce dernier dimanche 23 juin....lu dans l'Echo du 24 juin 2013
"Plus de 150 personnes dont le maire de Jugeals-Nazareth André Boucherie, le conseiller général du canton  de Brive Sud-Ouest Alain Vacher, Patricia Broussolle, vice-présidente de l’Agglo ont participé hier aux cérémonies marquant la création du Kibboutz Machar de Jugeals-Nazareth en 1933.
 Une cérémonie chargée d’émotions pour la communauté juive du Limousin qui avait fait le déplacement en
nombre. Cette matinée fut dédiée à la mémoire, à la jeunesse et à l’espoir.
 
 50 40
  
Elad Ratson, directeur des relations publiques à l’Ambassade d’Israël en France, a rappelé l’histoire de cette 
"école des pionniers» qui aura formé pendant 3 ans des jeunes juifs européens fuyant le nazisme et rêvant de terre promise.
 «Ils y ont formé par idéal rural, l’un des premiers kibboutz, une communauté agricole sioniste-socialiste, d’
Europe, appelé Kibboutz Machar, demain en Hébreu, parce qu’il était tourné vers l’avenir et l’éducation». 
 
1170457
 Les terres de cette école appartenaient à l’époque à Edmond Verlhac.
 Ces deux arrières petits enfants Justine et Thibault ont dévoilé une plaque décernée par l’association
«Hommage Aux Villages de France» qui honore les villages ayant aidé et sauvé des juifs pendant cette tragique période de l’histoire. Jugeals-Nazareth est le 12ème village honoré en France.
 Ernest Herz, son président, par la voix de Monsieur Kamoun a souligné : «c’est avec l’honneur du peuple
français que 75% des juifs ont pu être sauvés. L’histoire miraculeuse d’une solidarité agissante comme à Jugeals-Nazareth».
 Jean Wohl, vice-président de l’association a estimé que cet accueil de centaines de jeunes réfugiés juifs d’
Allemagne, Pays-Bas, Russie, Turquie, Autriche et de France aura «évité une déportation certaine».
 Il parlera de l’histoire personnelle de sa famille sauvée par les Corses, des 6 millions de juifs exterminés dans
les camps de concentration :    «c’est incommensurable. Il y a là des sentiments difficiles à refouler. C’est impossible d’oublier ces crimes».
 En Corrèze, l’expérience de ce kibboutz sera vite rattrapée par le vent mauvais de l’histoire. Pression d’un sous-préfet xénophobe et campagne de presse haineuse auront raison en 1935 de cette aventure
humaine, unique en France. Ces jeunes réfugiés partiront dans un autre kibboutz au nord de la Galilée.
 Hier, Jean-Michel Delpeuch, vice-président de l’association France-Israël Limousin s’est interrogé sur le sens
de cette histoire, «N’y a t-il pas d’autres ventres féconds pour engendrer des bêtes immondes?»
Photos prises sur le journal "La Montagne"
France 3 Limousin a relaté cette cérémonie ici
 

Commenter cet article

Martine Eglantine 26/06/2013 11:47


Très intéressant et émouvant aussi. J'ai aimé. Bises

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents